Feu_St_Jean Des rites ancestraux, celtes et germaniques, célébraient par des feux de joie l’entrée du solstice d’été (21 juin).
Comme l’anniversaire de la Nativité de Saint Jean le Baptiste venait quelques jours plus tard (24 juin), l’Église, dès les premiers temps du christianisme, s’appropria la coutume païenne en l’adaptant à la fête du Saint qui avait annoncé la venue du Messie.
À l’usage d’allumer de grands feux la veille de la Saint-Jean, s’ajouta aussi la bénédiction des moissons. Un rite qui permit d’asseoir pour longtemps la dimension religieuse de la fête.
La coutume de danser autour du grand bûcher ne tarda pas à entretenir la ferveur populaire. Et selon les régions, varie la force magique de cette farandole.

Si les jeunes filles s'y livraient avec beaucoup d’enthousiasme, c’était pour conjurer le mauvais sort : en dansant ainsi neuf fois autour des feux de la Saint-Jean, elles avaient la certitude de se marier dans l’année.

Autre tradition villageoise autour du bûcher : sauter par-dessus le feu. Une bravade qui, selon les contrées, valait certitude de se marier dans l’année, garantie contre les sortilèges, ou promesse de « fortifier ses vieux os ». Pour les vieillards, le défi était bien sûr moins exigeant : enjamber une braise suffisait à exaucer leurs prières…

Pour ce qui regarde le Berry, un mémorialiste du XIXe siècle, Laisnel de La Salle, nous précise quelques usages particuliers : il convient, selon lui, de « distinguer entre les campagnes et les bourgs. Dans les premières, c’était le plus avancé en âge qui mettait le feu à la « jônée ». Dans les bourgs, c’était Monsieur le curé ou Monsieur le maire. » (…) « On regardait le saut des jeunes gens les plus lestes comme une sorte de purification qui chassait les maladies et devait porter bonheur à ceux qui l’accomplissaient. »

Source : LAISNEL DE LA SALLE.- Souvenir du vieux temps : le Berry
(Paris, éd. Maisonneuve, t.1, 1900)

St_Jean_Bretagne_02
Depuis des temps immémoriaux, le feu de la saint Jean procède d'une tradition celtique

HERRY, SAMEDI 21 JUIN 2008

En 2008, à Herry, le feu de la Saint-Jean renoue avec le bonheur de saluer l’été par une fête villageoise.
Certes, le dance floor, avec faisceau laser et fumigènes s’il vous plaît, a remplacé les désuètes farandoles autour du feu.
Certes, « principe de précaution » oblige, il est interdit de sauter au-dessus du brasier.
Certes, les Hérissons admirant le feu sont sans doute moins superstitieux que leurs ancêtres pour s’abandonner à quelques vœux secrets…

Mais la magie du « feu de la Saint-Jean » sait toujours réchauffer les cœurs, avec la joie de partager enfin le retour des beaux jours. Rien que pour cela, cette sympathique veillée villageoise méritait cet humble hommage… que je vous invite à compléter sans modération !

P1040178

Vœu d'un petit Hérisson autour du "feu de la Saint Jean"

P1040176

Pour étancher la soif, l'intendance suit...

P1040182

Réunion au sommet de nos édiles : délibèrent-ils ? conspirent-ils ? Autour d'un cidre doux, impossible de tenir des mots durs !

P1040184

Le feu est éteint : une villageoise rêveuse cherche les siens...