veaugues03La fusillade du 19 mai 1944 au lieu-dit « Le Four à Chaux » à Veaugues, relèverait, selon certains auteurs locaux, des pages héroïques de la Résistance sancerroise.

En consultant le dossier judiciaire du procès Paoli, au fil des témoignages et dépositions évoquant cette terrible journée, la vérité semble hélas beaucoup moins épique.

Ce qui devait être une embuscade tendue à cinq véhicules de la Gestapo s’est transformé en véritable traquenard pour les maquisards : tous furent abattus, sauf leur chef, le sulfureux « Capitaine Daniel », qui parvint à s’échapper dans des conditions pour le moins miraculeuses.

Ce jour-là, Paoli commandait le déploiement des troupes allemandes autour de la gare de Veaugues. Lors de sa comparution devant le magistrat instructeur, au printemps 1946, il reconstitua dans le détail le déroulement de cette opération militaire et révéla même l’identité de son indicateur, un résistant « retourné » et non moins vénal qui livra des renseignements assez précis pour faciliter l’hécatombe.

Une page peu glorieuse de la Résistance FTP dans le département du Cher.

EXTRAIT —

Samedi 20 mai 1944

Hier, à Veaugues, je l’ai vraiment échappé belle. À la seule idée de relater ce qui s’est passé, tout mon corps est saisi de frissons, comme le jour où j’ai raconté dans ces cahiers l’attentat dont je fus victime l’an dernier.

Cette opération de Veaugues, je le savais d’avance, était plus risquée que celle de Beffes. Il ne s’agissait pas de mettre en place un simple dispositif de contrôle, mais de coordonner un vrai plan d’attaque sur les positions du maquis qu’un indicateur du cru nous avait livrées avec précision, moyennant une belle rémunération.

Dès sept heures du matin, un important contingent des troupes d’infanterie de la Wehrmacht a pris place, solidement armé. Trois véhicules blindés se tenaient prêts à intervenir. Un Messerschmitt Bf109 opérait un vol de reconnaissance.

PP-GestapoLa Gestapo de Bourges était là au complet, en tenue de combat, Erich Hasse en tête, avec la ferme intention de décapiter le réseau de terroristes qui sévit depuis trop longtemps dans la région.

À 14 heures, l’ordre d’intervention est donné. Sans heurts, nous interpellons un certain Léger à son domicile. Selon nos informations, ce mécanicien a l’habitude de recevoir chez lui les résistants de la région et même leur commandant, qui se ferait appeler Daniel. Tout juste sortie de Veaugues, la traction qui transporte le prisonnier subit les feux nourris d’un groupe de maquisards. Aussitôt, le piège se referme. La surprise est surtout pour eux. Plus de deux cents soldats encerclent les tireurs embusqués. Au cours d’une brève fusillade, un de nos agents, Buès, un auxiliaire français, est tué sur le coup, une balle en pleine tête. (…)

 

LE MOT DE L’ÉDITEUR —

Ce roman raconte l’odieux destin de Pierre Paoli, rentré à la Gestapo de Bourges le 31 mars 1943. Porté par l’amour qu’il voue à sa maîtresse, il s’attire l’admiration du Reich au fil de ses performances policières, entre arrestations, tortures et exécutions sommaires.

Un roman fort, superbement écrit par Jacques Gimard, qui évoque comment les Français de cette époque, face au désastre de juin 1940 et à l’occupation allemande, ont pu nourrir des convictions aussi différentes. L’auteur nous entraîne dans les pensées les plus intimes de ce tortionnaire dont la perversion est à la limite du supportable. Pourtant, il réussit l’incroyable exploit d’humaniser son personnage.

Un livre troublant qui, au travers de son parti pris historiographique, ose soulever cette question : « Pourquoi juger l’histoire ? »

Attention : Certaines scènes de violence, restituées dans les moindres détails, peuvent heurter.

Source : Jacques GIMARD — Trompe-la-Mort — Les cahiers secrets de Pierre Paoli, agent français de la Gestapo (Éditions Qui Lit Vit, 320 pages, format 14x20 cm, 22 €)

 PP-Couv

Pour commander le livre :

— Chez l'éditeur  http://www.editionsquilitvit.com/boutique/#cc-m-product-5209776163

— Sur Amazon.fr ou sur Chapitre.com

Si vous souhaitez organiser une conférence-débat ou une séance dédicaces, contactez l’auteur…