Clocher-

Le fonctionnement opérationnel de la Communauté de communes BERRY LOIRE VAUVISE, — que le site officiel de la commune, Herry.fr, nous a récemment présenté —, s’avère d’ores et déjà comme le grand événement institutionnel de l’An nouveau.

Cette expérience d’intercommunalité procède bien sûr du bon sens en voulant rationaliser l’action administrative pour un meilleur équilibre dans la gestion des territoires. Pour autant, cette initiative vertueuse ne remue-t-elle dans la plaie un mal français sur lequel tout le monde s’accorde et personne n’ose agir ? L’intercommunalité n’est-elle pas un pis-aller dynamique venant compenser l’incurie de notre Ve République face à la sclérose de notre organisation administrative ?

 

Un éparpillement ruineux

Si l’intercommunalité apporte une réponse partielle aux inepties de notre émiettement communal, — 36.783 communes en France* —, le législateur persiste dans sa couardise face à la consternante sédimentation des niveaux de décision.

Une simple récapitulation suffit à prendre la mesure du formidable gaspillage de temps, de compétences, de mandats électifs, d’argent public dont s’accommode bizarrement l’administration territoriale.

  • La commune = collectivité de base
  • Les communautés de communes, communautés d’agglomération ou communautés urbaines = structures de gestion intercommunale
  • Le Conseil général = collectivité territoriale gérant le département
  • Le Conseil régional = collectivité territoriale gérant la région

À ces échelons décentralisés, n’oublions pas de considérer aussi les administrations déconcentrées de l’État : sous-préfectures, préfectures départementales, préfectures régionales, et tous les services aux compétences d’attribution qui assistent ces structures administratives. À ces structures déconcentrées, s’ajoutent encore les administrations centrales, les innombrables services de l’État, les organismes publics et parapublics, les instances délibératives ou consultatives, etc.

 

90 fonctionnaires pour 1000 habitants

Fonction publique d’État et Fonction publique territoriale confondues, la France affiche un ratio de 90 fonctionnaires pour 1000 habitants, contre 50 fonctionnaires pour 1000 en Allemagne sans pouvoir démontrer que les 16 Länders de nos voisins germaniques sont moins bien administrés que nos départements et régions.

Jusqu’à quand la France estimera avoir les moyens de supporter cette immense gabegie financière ? Question naïve ou superflue… depuis que notre pays dépense à tout va l’agent qu’il n’a pas, en nous persuadant que notre dette nationale est « encore raisonnable ». Certes, à notre modeste échelle hérissonne, ces enjeux nous dépassent. Mais c’est parce qu’ils nous dépassent que nous avons des raisons de nous inquiéter de l’incurie de nos parlementaires, « représentants du peuple, élus de la Nation », incapables de soigner le mal français. Tout juste pouvons-nous sanctionner dans l’urne leur constante désinvolture. Sans calmer outre-mesure la folie dépensière de la République française.

Entre fatalisme et scepticisme, espérons alors que notre Communauté de communes BERRY LOIRE VAUVISE montrera une sagesse exemplaire, telle une goutte d’eau de vigilance dans un océan d’insouciance.

 

*NB- L’Allemagne a ramené de 24.282 à 8.513 le nombre de ses communes. La Suède de 2.532 à 290. L’Autriche, de 4.000 à 2.356. En France, rien d’urgent : notre pays a les moyens d’attendre, paraît-il…

 

Maire-01

Une citation au Tableau d'honneur de LIBR'HERRY pour celle ou celui qui percera le mystère de ce rébus...